Université d'Automne du Bon Sens

vendredi 10 février 2017

SACOVIV : attendez-vous notre victoire pour que nous en héritions dans un état si déplorable que tout s'effondrera entre nos mains ?

Conseil Municipal du 31 janvier 2017 
QUESTION ORALE de Christophe GIRARD
Par cette question orale, notre Groupe va se faire l'écho des questionnements légitimes des habitants du quartier Max-Barel souffrant des pannes et fuites à répétition du système de chauffage.
Mais avant d'aller plus loin, je souhaite répondre à vos accusations démagogiques sur l'instrumentalisation politique que des gens de mon équipe, ou moi-même, feraient de ces incidents malheureux.
Premièrement, je peux comprendre que le fait que je sois sur le terrain auprès des habitants depuis plus de 10 ans vous gêne et même vous importune. Cependant depuis 10 ans vous auriez dû vous y habituer. Et que cela vous déplaise ou non, sachez que je ne changerai pas. Trop souvent on reproche aux élus de n'être présents que pour les périodes d'élections et de ne pas les voir le reste du temps. Les faits montrent que telle n'est pas ma conception de mon engagement politique au service des Vénissians. En tant qu'élu de l'opposition, je ne dispose d'aucun moyen et prends sur mon temps personnel pour être le plus possible présent partout auprès des Vénissians, le plus souvent en soirée ou le week-end. Par ma présence, je fais en sorte d'être au

Mme Picard : Cessez donc la démagogie et mettez-vous plutôt au travail pour assainir votre management et votre gouvernance

Rapport n°14 du Conseil Municipal du 31 janvier 2017. Convention entre la ville de Vénissieux et le Centre National de la Fonction Publique Territoriale. Partenariat de formation professionnelle territorialisée - Intervention Christophe GIRARD
"Nous voterons bien évidement favorablement ce rapport concernant la formation professionnelle des agents territoriaux, qui, espérons-le, permettra un meilleur épanouissement de chacun.
A cette occasion nous souhaitons redire ici notre indignation face aux ragots pervers que vous, Madame Picard, avez osé proférer lors de vos derniers vœux au personnel de la ville et dont semble-t-il la propagation était déjà organisée au sein des services depuis quelques temps. Par amalgame, vous vous êtes fait l'écho de propos que notre groupe aurait soi-disant tenu sur des "agents qui ne travaillent pas assez et des cadeaux dont ils bénéficieraient". Le tout, venant soi-disant illustrer votre dénonciation d'un "climat délétère, […] mélange de morgue et de mépris" vis-à-vis des fonctionnaires. Faire ainsi des amalgames pour nous faire dire ce que nous n'avons jamais dit  n'est vraiment pas à votre honneur.
Je tiens à réaffirmer ici  que l'intérêt des Vénissians passe par celui d'agents de la ville respectés. L'efficacité municipale ne peut être optimum que si les agents vivent au quotidien la satisfaction du travail bien fait et la juste reconnaissance de leur hiérarchie. Cela implique en premier lieu une cohérence des élus et du management, sans sectarisme idéologique, sans passe-droits et autres clientélismes sources de lassitudes et d'écœurement. Les agents de la ville savent que sur le sujet il y a une belle marge de progrès…
Pour ce qui concerne le nombre de fonctionnaires, faut-il vous rappeler que vous-même avez effectué sur l'année 2016 des réductions du nombre d'agents, cela veut-il dire que vous considériez ces agents non remplacés comme étant des agents inutiles et paresseux ? Ou bien, cela veut-il tout simplement dire que faute de moyens vous cherchez à adapter les effectifs ?
Cessez donc la démagogie et mettez-vous plutôt au travail pour assainir votre management et votre gouvernance. Le chantier est devant vous depuis tant d'années ! Les personnels de la ville en seraient les premiers bénéficiaires, et par voie de conséquence, le service apporté gagnerait d'autant en qualité, ce qui ne pourrait que satisfaire les habitants de Vénissieux."

jeudi 9 février 2017

Le droit à l’éducation, pour tous les enfants quel que soit leur handicap est un droit fondamental

Rapport n°10 du Conseil Municipal du 31 janvier 2017.   Participation financière à la scolarisation d'élèves à l'Isle-d'Abeau. Intervention de Marie-Danielle BRUYERE
En 2015/2016, près de 279 000 enfants, en situation de handicap, ont été scolarisés dans les écoles et les établissements relevant du ministère de l’éducation nationale.
Douze ans après la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, le nombre d’enfants et d’adolescents handicapés scolarisés en milieu dit ordinaire à presque doublé.
Mais selon un article du Monde de décembre 2016, des barrières à la scolarisation des enfants handicapés persistent, et le  CNESCO (conseil national d’évaluation du système scolaire), fait lui aussi un bilan nuancé.
Le droit à l’éducation, pour tous les enfants quel que soit leur handicap est un droit fondamental.
C’est pourquoi nous approuverons ce rapport.

Rapports manquant de précision : Mme le maire s'en contre f...

Conseil Municipal du 31 janvier 2017 - Rapport n°5 - Programmation sociale 2017. Approbation des subventions et approbation des actions sous maitrise d'ouvrage de la ville de Vénissieux. Intervention de Christophe GIRARD.
Pour les mêmes raisons que celles évoquées précédemment pour le Rapport n°3 sur les subventions aux associations, notre groupe ne pourra cautionner les arbitrages mentionnés dans ce rapport et s'abstiendra donc de le voter. Notre groupe tient également à souligner combien il trouve regrettable que les projets ne soient présentés dans ce rapport que sous la forme d'intitulés sibyllins, dont les quelques mots ne permettent aucunement de mettre en lumière leur objet et leur nature. Cela est regrettable car, mis à part les projets dont nous pouvons avoir connaissance par ailleurs, cela ne permet pas d'éclairer le vote des élus, ni même de valoriser des projets qui ont certainement du sens et qui restent ainsi dans l'ombre.
[Comme toujours, cette remarque n'a fait l'objet d'aucune prise de conscience de la part de la majorité].

mercredi 8 février 2017

Des subventions qui s'évaporent dans des relents nostalgiques aussi fumeux que funestes.


Conseil Municipal du 31 janvier 2017 - Intervention de Christophe GIRARD sur les subventions 2017 aux associations et organismes assimiles, régies et établissements publics rattaches a la Ville -
Explication de vote : notre vote pour ce rapport sera l'abstention comme à chaque fois qu'il est question de subvention de la municipalité car nous ne pouvons pas cautionner aveuglément et globalement vos arbitrages dans l'attribution et la fixation de leurs montants. Nous ne votons donc pas contre ces subventions, mais dans le doute de vos arbitrages nous nous abstenons.
Juste pour illustrer cette explication de vote que nous faisons systématiquement lorsqu'il s'agit d'attribution de subvention de votre part, j'attirerais l'attention des Vénissians sur la subvention de quelques 18.430 euros accordée à la CGT-FSM Fédération Syndicale Mondiale. Une fédération de nostalgiques des régimes communistes totalitaires à travers le monde. C'est je l'imagine cette super subvention qui permet l'organisation de manifestations comme les 'Rencontres internationalistes de Vénissieux', dénommée également 'Rencontres communistes' dont j'ai retrouvé sur internet un édifiant enregistrement vidéo dans lequel on peut entendre vos éminents camarades dénoncer la traitrise du Parti Communiste Français de la place du Colonel Fabien qui abandonne lâchement les dogmes du communisme radical, ou bien encore, qui osent laisser dire impunément que les goulags auraient existé… Oui, vous avez bien entendu, c'est bien ce qui se dit dans ces rencontres organisées par la ville de Vénissieux.  Des rencontres qui pour ces beaux discours reçoivent des délégations de Corée ou bien de Cuba. Il est vrai que tout cela doit avoir un coût…
Les associations vénissiannes que je qualifierais de sérieuses et qui se battent sur le terrain au service des Vénissians, qu'elles soient dans ce rapport ou qu'elles en soient exclus, apprécient certainement la plaisanterie. D'autant, que ces associations voient leurs subventions baisser ou rester inexorablement à des montants ridiculement bas. Je tiens à souligner que c'est tout de même plus de 18.000 euros qui pourraient être destinés à des actions de terrain et qui s'évaporent ainsi dans des relents nostalgiques aussi fumeux que funestes.
Alors oui, de telles aberrations montrent combien vous êtes des idéologues incurables et qu'il n'est donc tout simplement pas possible de cautionner vos arbitrages en matière d'attribution de subvention.

mardi 7 février 2017

Contrairement à la démagogie orchestrée par Mme Picard : Globalement les dotations et subventions de l’Etat progresseront cette année pour Vénissieux

Conseil Municipal du 31 janvier 2017 - Intervention de Maurice Iacovella sur le Rapport n°1- Budget primitif 2017 
Lors du débat d’orientations budgétaires de décembre 2016, Rassemblement pour Vénissieux militait une fois de plus pour une adaptation des  structures de l’action communale vénissiane.
La cible de réduction de 11 millions d’€ que vous nous aviez présentée en décembre 2015 est largement hors d’atteinte.
Déjà, lors de la présentation du budget 2016, nous avions souligné que le rythme de réduction du train de vie municipal n’était pas au rendez-vous. En revanche « l’économie » demandée aux Vénissians a bien été réalisée avec la hausse de 5% des taxes communales.
En matière budgétaire, la création de marges de manœuvres pérennes nécessite une certaine constance dans l’action et surtout la mise en œuvre de modifications structurelles pour absorber les aléas conjoncturels d’où qu’ils viennent.
La pause 2017 sur la DGF est une chance ratée.  
Le budget 2017, en débat ce soir, indique une augmentation des recettes de fonctionnement de plus d’1,3 Md’€ dont plus de la moitié provient des dotations et subventions et le reste des produits des contributions directes et indirectes.
Rassemblement pour Vénissieux salue de nouveau votre décision de geler les taux de fiscalité locale jusqu’à la fin de mandat. Toutefois les feuilles d’impôts locaux à payer en 2017 par les Vénissians augmenteront du fait de la revalorisation des valeurs locatives à hauteur de 0,4%.
A ce stade, il est important de

jeudi 2 février 2017

A voir absolument : Les dernières pages du Livre noire du communisme, écrites sous nos yeux !

Lors du Conseil Municipal de Vénissieux, lundi dernier, M. Pierre-Alain MILLET s'est encore une fois illustré par un brillant discours accablant tout ce qui ne pensait pas comme lui. Tous des méchants sauf lui ! A ses yeux, seul le modèle communiste est la solution à tous les problèmes. Je me suis permis de lui rappeler que son "modèle", notamment cubain avec son idole Fidel Castro, vient de produire une des plus grande catastrophe économique, morale et sociale de ces dernières années. Le fameux modèle du Vénézuéla de Hugo Chavez qui vient de ruiner sous nos yeux ce pays d'Amérique Latine. Je l'ai invité, ainsi que tous les nostalgiques Vénissians à regarder en replay cette enquête sidérante au cœur d’un pays au bord du gouffre.
Je vous laisse regarder [cliquer sur l'image ou ici]

https://www.youtube.com/watch?v=uLV2JGqSM84
Cliquer sur l'image pour voir l'émission
Voici le résumé produit sur le site de M6 :
"En l’espace de cinq ans, le Venezuela, l’une des principales puissances économiques d’Amérique du Sud au début des années 2010, a vu son économie s’effondrer. Inflation à plus de 1000 % en 2016, pénurie alimentaire, hôpitaux à l’abandon, émeutes et criminalité record, le pays est au bord du chaos et la principale préoccupation de la majorité de ses habitants, c’est de trouver à se nourrir, alors que les magasins sont quasiment vides. Cette crise économique majeure est due, pour beaucoup, au projet politique mis en œuvre par l’ancien président Hugo Chavez, décédé en 2013. Une enquête sidérante au cœur d’un pays au bord du gouffre."

mercredi 1 février 2017

Les incitations constantes à l'insurrection véhiculées par ces agitateurs insidieusement déguisés en pseudo-artistes doivent être sanctionnées

Communiqué de presse
Pas plus tard qu'hier au soir, lors du Conseil Municipal, Mme PICARD, Maire de Vénissieux, n'a pu s'empêcher de décocher à mon encontre une invective m'expliquant doctement que "la sécurité n'était pas une affaire de caméras portatives", signifiant ainsi qu'elle rejetait en bloc les enseignements des expériences pourtant très positives et reconnues de la municipalité de Rillieux-la-Pape [sans la nommer] en termes de sécurité et de tranquillité publique. Selon elle la sécurité était affaire de longue haleine dont elle avait visiblement le secret et que tout allait bien à Vénissieux.
La réponse ne se sera pas fait attendre… Aujourd'hui, Vénissieux était à nouveau le théâtre d'affrontements inacceptables de jeunes (la plus part seraient mineurs) à l'encontre des forces de l'ordre. A quelques centaines de mètres de là où en octobre dernier une bande d’une quarantaine d'individus avait attaqué une patrouille de police à coup de jet de pierre et de cocktails Molotov, le tournage [a priori sans autorisation préalable] d'un clip d'un rappeur a viré à l'affrontement avec les forces de l'ordre. Alors que le rappeur haranguait les quelques 200 jeunes rassemblés pour ce clip avec sa "chanson" appelant à "foutre le zbeul" (c’est-à-dire foutre le "bordel"), certains sont passés des paroles aux actes en jetant des projectiles sur les forces de l'ordre présentes, déclenchant un début d'émeute qui a nécessité l'engagement de moyens significatifs pour ramener le calme.
En octobre dernier j'avais déclaré : "il est évident qu’une tel explosion de violence directement à l’encontre des forces de l’ordre doit impérativement appeler à ce qu’enfin une réponse politique et sécuritaire à la hauteur de la gravité des faits soit apportée tant sur le plan national que local". Interpelé par la presse sur cette déclaration, Mme PICARD avait naïvement rétorqué : "Faut-il s'exprimer sur tout ?". Une telle abdication est inacceptable et irresponsable de la part d'une première magistrate d'une ville comme Vénissieux.
J'ajoute ce soir, qu'il est plus que temps que soit enfin pris au sérieux la gravité de ces incitations constantes à l'insurrection véhiculées auprès des jeunes par ces agitateurs insidieusement déguisés en pseudo-artistes et qu'elles soient sanctionnées en tant que telle.
Par ailleurs, je tiens à préciser qu'en tout début de soirée, je suis allé à la Darnaise à la rencontre des forces de l'ordre restées en surveillance. En tant qu'élu de la république, j'ai tenu à assurer l'officier ainsi que les CRS présents, de notre reconnaissance et de notre plein et entier soutien. 

mardi 24 janvier 2017

INCROYABLE : Pendant que les habitants de Max Barel sont méprisés, les élus et la SACOVIV font la fête à 300m !

Au moment de l'arrivée des "troubles-fêtes" - Photo transmise
Ce soir la municipalité a une fois de plus méprisé les habitants de Max-Barel excédés par le manque d'information et des duperies des élus de la municipalité.
En effet, ce soir se tenait la réunion périodique du Conseil de Quartier Max-Barel au foyer du même nom. Étant donné le calvaire que vivent depuis près de deux semaines les habitants de ce quartier, j'ai décidé de braver le froid et d'aller assister à cette rencontre. Arrivée en retard d'un quart d'heure (et oui, dur de concilier vie de travail et politique), je me suis trouvé plongé dans une ambiance très chaude. Les habitants hurlait leur mécontentement car M. Truscello, Président du conseil de quartier et seul représentant de la mairie venait d'expliquer qu'il n'avait aucune info sur le chauffage et que ce n'était pas à l'ordre du jour !
M. Truscello visiblement dépassé par la situation était surtout totalement incapable de traiter le sujet. C'est alors que des habitants ont alors demandé : "mais où sont les élus ?". La réponse ne tarda pas à se faire entendre. Un des habitants, sur son chemin pour venir à la réunion, avait été interpelé par une personne âgée qui lui avait demandé où se trouvait la salle de la Halle à Grains, lui expliquant, en toute candeur, qu'il y avait des vœux de la SACOVIV. Cette information rapportée à vite fait le tour de la salle et, ne faisant ni une, ni deux, voilà notre assemblée décider de se rendre à la rencontre des élus de la majorité (c'est à moins de 300 mètres). Tout ce beau monde a débarqué en plein discours de M. Pierre-Alain Millet au milieu d'un parterre d'élus, de victuailles festives et de champagne. 
Stupeur des habitants devant un tel spéctacle, mais stupeur également pour M. Pierre-Alain qui, tel "un gamin pris la main dans le pot de confiture" s'est paraît-il stoppé dans sa péroraison... Lasse, la fête était gâchée... 
Pour les locataires de Max-Barel, la découverte de la présence de tous ces représentants de la municipalité et de la SACOVIV à seulement 300 mètres du Conseil de Quartier où personne ne pouvait soi-disant venir a été un choc. Ils ont pu mesurer, grandeur nature, le mépris de ces personnes. Une locataire, m'a même confié qu'elle avait honte pour eux !
Voilà la vie à Vénissieux. Si vous expliquez cela à l'un de vos amis extérieur à Vénissieux, il ne vous croira tout simplement pas !
Heureusement la presse était présente...
Nota : Pendant que tout ce beau monde de la majorité s’empiffrait, une nouvelle fuite était découverte à Max-Barel (20h) et le journal de France 3 Rhône-Alpes faisait mention des habitants du quartier de Léo Lagrange, qui eux aussi sont privé de chauffage depuis 10 jours...

vendredi 20 janvier 2017

Arrêt chauffage Max Barel : Cellule de crise ou ignoble cellule de propagande !

Depuis mardi dernier le traitement de la panne de chauffage à Max-Barel est déplorable. Face à cette non-maîtrise de la situation et au délaissement des locataires, force est de constater une réelle maîtrise de la propagande.
A la lecture de la presse et du site Expressions, on prend conscience que du côté de la municipalité aucune économie n'est faite en matière de termes ronflants : "Cellule de crise à l’Hôtel de Ville", "branlebas-de-combat", "limiter l'impact de cet incident sur la population". Mise à disposition de repas froids (!), équipement d'un gymnase en lits, duvets et couvertures. Il ne manque plus que la chapelle mortuaire !
La réalité du terrain est toute autre. Personne n'est venue profiter des repas froids et ni se réfugier dans le gymnase, parce que tout simplement personne n'a été prévenu que cela existait ! Pour la grande majorité des locataires, ni élus, ni bailleurs (SACOVIV) ne sont tout simplement venue à leur rencontre et s'enquérir des difficultés qu'ils rencontraient. Ce traitement en mode propagande fait froid dans le dos aux habitants déjà frigorifiés. Tout cela n'est que supercherie, puisque de l'aveu même de la mairie, "la cellule de crise a été « mise en sommeil »" alors que la panne perdurait encore et toujours !
Jouer une comédie de la sorte est tout simplement scandaleux, car au délaissement des habitants, la municipalité ajoute ce qui n'est rien d'autres qu'une forme de profond mépris et d'hypocrisie. C'est tout simplement abjecte et ignoble.