mercredi 17 janvier 2018

Cela met l'eau à la bouche pour notre ville de Vénissieux...

RILLIEUX-LA-PAPE : Vœux du Maire et de l'équipe municipale au monde économique et associatif.
Les 350 à 400 personnes représentants les entreprises, les commerçants, les acteurs du développement économique, de l'insertion et les associations présentes sont le signe manifeste d'une très belle dynamique de la ville. Cela met l'eau à la bouche pour notre ville de Vénissieux.
Cerise sur le gâteau, cette soirée vœux est également la soirée de lancement d'un fond de dotation pour le soutien des associations sportives, l'insertion économique, la culture,...
Enfin, saluons la dynamique économique (déjà près de 2000 emplois créés depuis le début du mandat et ce n'est pas fini), le développement des commerces avec entre autres son magnifique marché de Noël, les investissements et l'audace d'une myriade d'initiatives.
Un immense bravo à Alexandre Vincendet et toute son équipe pour leur engagement au service des habitants et de nous montrer que l'impossible est en faite POSSIBLE !
Pour info : Rillieux-la- Pape compte moitié moins d'habitants que Vénissieux !

dimanche 14 janvier 2018

VENISSIEUX : Comment la municipalité et la SACOVIV facilitent la délinquance

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Depuis des année des trafics en tout genres se font sur le parking de la rue Paul Bert (entre Jules Ferry et Ambroise Croizat - cf. plan). Depuis longtemps également les habitants du quartier demandent à ce que le grillage du fond de ce parking soit réparé afin de bloquer la fuite des délinquant à l'arrivée de la police. Ce grillage est celui d'une résidence de la SACOVIV (société HLM de la ville) qui se trouve derrière. Mais cette demande reste sans suite de la part de la municipalité et de la société de logement. 
Dans une ville administrée normalement, cela aurait dû être fait de l'initiative même de la municipalité, mais à Vénissieux, il faut que ce soit les habitants qui relèvent la situation et pour autant rien n'est fait ! De là à croire que la municipalité le fait volontairement il n'y aurait qu'un pas... 
Quand est-ce que la municipalité prendra ses responsabilités sur un sujet pourtant évident et simple à régler ? Le compteur est lancé. Affaire à suivre.

jeudi 11 janvier 2018

Comment David Kimelfeld applique la politique du coucou


Tout le monde sais que le coucou s'installe sans vergogne dans le nid fait par d'autres... C'est ce que l'on appelle communément "la politique du coucou"... et visiblement M. David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, en est un grand adepte ou l'ombre d'un autre... 
Le 21 décembre dernier, vous avez peut-être entendu, M. David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon, se venter de "sa" création d’un "Campus industriel" à Vénissieux sur le site de Bosch. Pourtant l'implication de Grand Lyon Métropole semblait jusque là bien inexistante. Cette annonce au contenu bien peu concret en a surpris plus d'un et ressemble, à s'y méprendre, à la méthode de Gérard Collomb, grand maître en matière de récupération médiatique à peu de frais et ("en même temps") d'engagements concrets bien limités.
Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons que nous réjouir de la création de ce principe de "Campus industriel" à Vénissieux que j'appelai moi-même de mes vœux et dont la startup industrielle Boostheat représente à mes yeux une magnifique locomotive. 
Une magnifique locomotive tant son projet est innovant en termes techniques, mais également dans l'approche de son projet industriel, de ses partenariats commerciaux et financiers, et même de sa conception originale des ressources humaines. 
Le cocorico de M. David Kimelfeld aura surpris beaucoup de monde et même choqué la CFDT de l'usine Bosch. Le président de la Métropole tire la couverture médiatique à lui alors que dans les faits c'est la Région Auvergne Rhône Alpes (et non la Métropole), qui est intervenue dans le financement des 5,5 M€ de subventions et partenariats pour la société Boostheat, société pionnière de ce site (principalement une subvention d'Aide à la Réindustrialisation allouée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et un accord de revitalisation avec Bosch) !
La Région paie, la Métropole récolte les fleurs...
J'ai personnellement été également très surpris car j'avais provoqué une rencontre en novembre dernier entre les services de la Région et la startup industrielle Boostheat, justement pour sensibiliser sur la capacité de cet aventure industrielle à générer une dynamique innovante sur ce site.
Espérons simplement que cette inélégance (instrumentalisation politicienne) n'entrave pas la belle dynamique de ce projet.

mercredi 10 janvier 2018

En direct de l'hôtel de Région...

Ce soir vœux 2018 du Président Laurent Wauquiez à la Région Auvergne Rhône Alpes.
2018, moment clef de l'action de l'exécutif. Après le temps de la préparation (réorganisation, simplification des procédures, 250 millions d'économies, nouvelle règles du jeu,...), la Région qui vient d'être reconnue "Région la mieux gérée de France". Désormais vient le temps du soutien à l'innovation, des investissements, du développement économique et des grands projets au service des habitants...
Dans une logique locale et non dans un pilotage parisien, faire de la Région un leader européen. 7 défis : digitale, industrie et industrie du future, recherche et université, environnement, culture et tourisme, solidarité.

lundi 8 janvier 2018

Les communes, les laissées pour compte de la Métropole


Nous avons enfin voté les Pactes de cohérence métropolitains qui lient chacune des 59 communes à la Métropole de Lyon.
Ces pactes devaient être le symbole même du concept de solidarité territoriale. La base même d’un avenir commun respectueux des identités et des prérogatives des communes.
Finalement, ces pactes se résument à lister les interventions métropolitaines dans les territoires des communes ou à favoriser le transfert des compétences communales vers la Métropole comme cela a débuté avec Lyon par la mutualisation de l’accueil des habitants pour les aides sociales et Feyzin qui a fait le choix d’un transfert complet des compétences sociales.
La Métropole devient la championne de la centralisation. Cette évolution pourrait passer inaperçue si elle n’était pas la poursuite d’une stratégie de mise à mal des communes pour imposer la fusion des communes entre-elles et leur intégration dans un espace administratif où elles perdraient leur autonomie de décision. Cette évolution est accentuée par le choix délibéré d’orienter le financement des projets métropolitains vers les zones fortement urbanisées au détriment des communes rurales. Nous avons dénoncé ces choix lors du débat sur les orientations budgétaires qui fixe pour l’année à venir les pistes d’investissements.
La richesse de la Métropole de Lyon est issue de sa diversité. Chaque commune participe ainsi à l’équilibre territorial et offre un cadre de vie, des services, une proximité différente pour que chaque habitant puisse choisir librement son mode de vie tout en étant membre de la communauté métropolitaine.
Notre engagement au service des communes et des habitants nous a amené à proposer un véritable contrat de mandature entre les communes et la Métropole fondé sur la reconnaissance des communes comme porte d’entrée des services aux habitants, une organisation décentralisée et un accompagnement ciblé sur les équipements publics nécessaires à la mise en œuvre des politiques publiques métropolitaines.
Cette proposition d’appui aux communes doit s’accompagner d’une meilleure prise en compte de leurs positions sur les choix de la Métropole. Alors que les membres de la majorité ont accepté le fait que les communes ne soient plus toutes représentées en 2020, il nous appartient d’imposer que les communes puissent peser sur les décisions métropolitaines.
Nous défendons : une vision équilibrée entre la mise en œuvre des compétences de la Métropole et le respect des choix communaux que nous défendons.
Nous défendons : le respect des choix de vie de chacun des habitants.
Groupe Les Républicains et Apparentés: Laurence BALAS, Guy BARRET, Irène BASDEREFF, Joëlle BEAUTEMPS, Nora BERRA, Pascal BLACHE, François-Noël BUFFET, Pascal CHARMOT, Philippe COCHET, Claude COHEN, Yann COMPAN, Doriane CORSALE, Chantal CRESPY, Messaouda EL FALOUSSI, Laurence FAUTRA, Georges FENECH, Michel FORISSIER, Eric FROMAIN, Agnès GARDON-CHEMAIN, Gilles GASCON, Christophe GIRARD, Stéphane GUILLAND, Emmanuel HAMELIN, Patrick HUGUET, Inès de LAVERNEE, Claude LECLERC, Alice de MALLIARD, Jean-Wilfried MARTIN, Martine MAURICE, Jérome MOROGE, Dominique NACHURY, Xavier ODO, Gaël PETIT, Clothilde POUZERGUE, Christophe QUINIOU, Mohamed RABEHI, Michel RANTONNET, Véronique SARSELLI, Alexandre VINCENDET.
Retrouvez nous sur notre site : http://www.lesrepublicains-metropolelyon.fr

Soutien aux forces de l'ordre et aux pompiers

Nous apportons tout notre soutien aux forces de l'ordre et à leur famille. Tout comme pour les pompiers. Il est urgent que chacun prenne ses responsabilités l'État, mais également les municipalités dans ces affaires gravissimes qui comme je l'ai déjà dit le 6 novembre 2017 relèvent de la notion de guerre civile.
Ces manifestations de ras-le-bol nous concernent tout particulièrement, Vénissieux ayant encore été ce dimanche après-midi le lieu de violence contre les forces de l'ordre...
https://www.lyonmag.com/article/93011/lyon-300-pompiers-participent-a-de-fausses-funerailles
Cliquer sur l'image pour lire l'article...
https://www.lyonmag.com/article/92990/a-lyon-les-femmes-des-forces-de-l-ordre-manifestent-contre-la-violence-envers-la-police
Cliquer sur l'image pour lire l'article...

dimanche 7 janvier 2018

La municipalité de Vénissieux portera l'entière responsabilité des choix retenus dans le PLUH

Au sujet du rapport n°4 du conseil du 11 décembre sur la révision générale du Plan Local d'Urbanisme et de l'Habitat (PLU-H).
Si le PLU-H proposé fait montre d'amélioration certaines concernant notre ville, notre Groupe Pour la victoire du bon sens à Vénissieux ne n'aurait pu le voter tant nous avons des doutes sur l'aptitude à de la municipalité à négocier avec les services de la Métropole. Ce n'est pas une position politicienne, car de nombreuses communes amies en opposition avec l'exécutif de la Métropole l'ont voter favorablement ayant obtenu la quasi-totalité de leurs demandes.
Nous ne pouvons tout simplement pas cautionner une production sur laquelle vous vous défausserez d'ici peu pour expliquer aux Vénissians que les choix désastreux de l'urbanisation de leur ville ne sont pas de votre ressort mais imposés par le Grand Lyon Métropole.
Or, les Vénissians doivent savoir que le Grand Lyon Métropole, souhaitant ardemment un vote favorable de toutes les communes, a laissé beaucoup de marge de manœuvre aux municipalités pour arriver à un consensus. La municipalité en place portera donc l'entière responsabilité des choix retenus dans ce PLUH.

samedi 30 décembre 2017

Amendement Collomb : Le Conseil Constitutionnel à tranché

Dans un article intitulé Budget 2018 : petits arrangements entre amis pour favoriser la Métropole de Lyon ?, j'avais fait mention des interrogations que suscitait un amendement clientéliste poussé par Gérard Collomb au bénéfice de "sa"  métropole de Lyon, alors même qu'il a refusé l'application du droit commun aux nouvelles métropoles ! J'avais également souligné le rôle de M. Blein, notre député fraîchement repeint aux couleurs du macronisme, dans son soutien à ce curieux amendement.
Le Conseil Constitutionnel, saisi sur le projet de loi de finances à propos de cet amendement a tranché. Il l'a déclaré "contraire au principe d'égalité devant les charges publiques [...]". En cette toute fin d'année, voilà une décision qui met en lumière la posture délicate de notre député... 
Source : LyonCapitale.fr - Le Conseil Constitutionnel retoque l’amendement Collomb

jeudi 28 décembre 2017

Vénissieux, une ville de non droit, y compris, pour le pouvoir en place ?

"Guérisons miraculeuses des épaves vendues par la mairie de Vénissieux". C'est le titre évocateur d'un article de LyonMag... En effet, bien que l'on soit en période de Noël et non de Pâques, c'est bien de résurrection dont il est question. De quoi s'agit-il ?  
En octobre 2016 de forts soupçons avait été mis en avant au sujet de 14 véhicules de  la ville vendus par la municipalité de Vénissieux comme épaves pour des sommes dérisoires. La vente avait été concédée de gré à gré à une société, sans autre formalité, pour un prix qui avait été établi par la société elle-même ! Selon LyonMag, bizarrement certains de ces véhicules dits "non-roulants" se retrouvent aujourd'hui sur les routes, revendus à des particuliers ou des professionnels. Préfet et procureurs ferment a priori les yeux. A Vénissieux rien n'est surprenant. Une ville de non droit, y compris, pour le pouvoir en place ? La question n'est pas nouvelle, mais toujours aussi horripilante.

mercredi 20 décembre 2017

Parking payant de la Rotonde : de qui se moque-t-on ?

Dans le Progrès de lundi dernier on apprend que le parking payant de la Rotonde (à Vénissieux) accumule les problèmes : barrière détériorée, voitures délaissées à l'état d'épaves, des voitures béliers laissées au cœur du parking, grillage percé, garages sauvages, etc. En cela rien de nouveau. Mais, c'est la réponse de la mairie qui me fait réagir.
La liste des arguments de la municipalité est à pleurer.
Argument 1 : c'est la faute au grillage qui est percé...
Argument 2 : la caméra de vidéo-surveillance toujours active ne permet pas de verbaliser, 
Argument 3 : "il n'y a pas de plainte déposé à la police",
Argument 4 : l'Adjoint Pierre-Alain Millet admet "qu'il y a un vrai problème" et ajoute : "on va regarder si on peut le remettre en état".
Beaucoup de mollesse, voire de nonchalance, dans ces réponses. En fait il s'agit d'un véritable "foutage de g." quand on sait combien ces problèmes sont graves pour les habitants et pour l'avenir de la ville. 
Visiblement la municipalité ne connait pas la recette de "la politique du carreau cassé" (démarche mondialement connue [sauf à Vénissieux] du maire de New York qui a décider d'intervenir immédiatement sur la moindre dégradation de la ville et de sévir systématiquement à la moindre incartade. Une démarche qui a eu pour effet une baisse spectaculaire et très rapide de la délinquance). A l'opposé, à Vénissieux, un des élus majeure déclare "on va regarder si on peut faire quelque chose"...
Une caméra est active, mais on ne fait rien, sous prétexte que c'est légalement compliqué... Pour ce qui est des voitures béliers, il est bien connu que ce "sport" se pratique avec des voitures volées, il y donc peu de chance que le propriétaire sache où elle est et a fortiori qu'il porte plainte ! Mais nos élus ne semblent pas avoir pensé que peut-être en faisant une recherche dans les fichiers de voitures volées on pourrait retrouver le propriétaire. A ce stade, il serait injurieux de dire qu'ils n'ont pas l'intelligence de le faire. Mais alors cela voudrait donc dire qu'ils ne veulent pas le faire... ?
Le retour du bon sens à Vénissieux est une nécessité. Plus que deux ans !

samedi 16 décembre 2017

La corrélation entre pauvreté et échec scolaire n'est pas une fatalité

Il est à savoir que si nous avions gagné en 2014-2015, un projet d'école Espérance Banlieue était dans nos cartons pour Vénissieux. Cela aurait pu changer beaucoup de choses pour un ensemble de petits Vénissians. 

En 2020, par votre vote, vous rendrez possible ce magnifique projet et pourrez en être fiers. 

Découvrez ces extraits vidéo du colloque "Contre l'échec scolaire dans les banlieues : des solutions issues du terrain", organisé par la Fondation Espérance banlieues le 4 avril 2016 à Paris. Très encourageant. On ne lâche rien !



Commerces en trompe l'oeil à Vénissieux, c'est Tintin au Pays des Soviets !


Tintin au Pays des Soviets - Hergé
La municipalité à décidé lors du dernier conseil municipal d'avoir désormais recours à de la "vitrophanie". Qu'est-ce donc me direz-vous ? La vitrophanie est l'art du trompe l’œil, il s'agit de coller sur les vitrines des magasins fermés des visuels donnant l'illusion qu'il y a de la vie...
C'est mieux que rien... Mais il est cependant déplorable d'en arriver à cette situation qui n'est autre qu'un alarmant aveu d'impuissance de la part de la municipalité.
Car comment les Vénissians peuvent-ils interpréter autrement le fait que l'on en soit rendu à proposer une ville en "trompe l'œil" comme c'est écrit dans le rapport présenté au conseil municipal. En entendant cela, il n'est pas possible de ne pas penser immédiatement à ce dessin de Tintin au Pays des Soviets où le jeune reporteur découvre que les usines ne sont que des décors !
La municipalité veut tromper l'œil des Vénissians, mais ils ne seront pas dupes. Alors que notre siècle est baigne déjà dans le virtuel, notre ville en est au trompe-l'œil !
Cette proposition de "trompe-l'œil", de cache misère, que contient ce rapport est symptomatique de l'incapacité de l'équipe municipale à réussir une réelle politique de développement et de redynamisation du centre-ville de la 3ème ville de la Métropole et du Rhône.
Pourtant rien n'est inéluctable en la matière, preuve en est faite dans des communes, elles aussi sinistrées, et qui pourtant réussissent à relancer le commerce de proximité. Mais elles, elles le font pour de vrai !
Là encore,l'échec de l'exécutif en place démontre qu'il est plus que temps de changer d'équipe en 2020…

vendredi 15 décembre 2017

Grogne et exaspération justifiées des commerçants Vénissians


Force est de constater ces derniers jours que le mécontentement des commerçants s'installe et s'amplifie d'une façon assez homogène sur l'ensemble de la ville de Vénissieux. Que ce soit Parilly, Moulin à Vent, Jules Guesde ou le vieux bourg, le ton est partout à la grogne contre la municipalité.
L'explication de cet accès de colère est bien évidement directement liée au calendrier. En cette période de décembre, il n'échappera à personne que ce temps des fêtes de fin d'années est crucial pour la vie des commerces, voire même leur survie…
Nombreux sont les commerçants qui se plaignent qu'aucun effort ne semble être fait pour embellir et décorer la ville. Les quelques décorations lumineuses de noël installées dans les quartiers se font rares et sont pour la plupart inchangées depuis des années, vieillottes, voire désuètes. A la différence des décorations luxuriantes qui ornent le parvis de l'hôtel de ville, on ne trouve rien dans les rues commerçantes qui soit de nature à créer une atmosphère propice au développement de l'attraction commerciale.
Même la fêtes du 8 décembre dans le vieux bourg, qui aurait pu être l'occasion de dynamiser le commerce en centre-ville, est au cœur de critiques acerbes tant elle s'est révélée être cette année une entrave à son développement du fait des blocages de rues et des stationnements…
Sans doute, ces considérations capitalistes dépassent l'entendement de la municipalité, mais quand le commerce se meurt, c'est toute la vie urbaine qui s'effondre (vie sociale, image de la ville, mais aussi maintien à domicile des personnes à mobilité réduite, et même sécurité). Il n'est plus tolérable, face à l'incurie de cette municipalité, d'entendre Mme le Maire et ses adjoints nous expliquer que le dépérissement du commerce à Vénissieux relève de "la faute à la fatalité" et "au e-commerce".
Les commerçants ne sont pas aveugles, ils voient bien, quand ils se rendent dans des villes voisines, que de nouvelles décorations existent et embellissent tout autrement les rues commerçantes.
Avec les commerçants, nous déplorons et dénonçons, ce manque d'implication, cette cruelle absence de volonté de la part de la municipalité pour un enjeu pourtant majeure : la vitalité de nos centres-villes et de leurs commerces de proximité. Ce défi, nous le relèverons avec conviction et détermination en 2020 avec le soutien des  Vénissians plus que jamais déterminés à provoquer le changement tant attendu.

mercredi 13 décembre 2017

Les inquiétudes au sujet des mesures gouvernementales ne peuvent servir de prétexte pour masquer vos inconséquences passées et futures


A propos du rapport 3. sur les orientations budgétaires 2018 – CM 11/12/2018
Pour ce qui est des orientations budgétaires 2018 que vous nous présentez ce soir, une première remarque s'impose. Une fois n'est pas coutume, nous partageons l'inquiétude que vous avez largement soulignée, concernant les mesures gouvernementales en cours et annoncées. Elles viennent grever le budget de la ville et, plus grave encore, limiter la capacité des collectivités à s'administrer librement, notamment en bridant l'autonomie financière.  
Les municipalités étant un des derniers lieux où l'exercice de la politique au sens noble du terme pouvait encore s'exercer au plus proche des citoyens et de la réalité du quotidien des Français, ces atteintes sont lourdes de conséquences.
Il est vrai que pour le cas spécifique de Vénissieux, cet exercice de la politique au plus proche des citoyens et de la réalité du quotidien n'évoque hélas plus grand-chose pour les Vénissians depuis de trop nombreuses années, mais cela obérera d'autant la remonté avenir de la ville quand nous l'aurons enfin libéré de votre joug idéologique.
Si nos convergences sur les inquiétudes exprimées et affirmées plus haut au sujet des mesures gouvernementales sont une réalité, elles ne peuvent cependant servir de prétexte pour masquer vos inconséquences passées et futures dans la gestion et les choix d'investissements de la ville de Vénissieux.
Nous constatons que les vraies marges de progression ne sont toujours pas abordées, mais qu'en revanche vous maintenez le cap de votre gestion aussi hasardeuse que désastreuse, ou bien l'ajustez seulement à la marge,.
Par exemple, vous continuez à faire porter l'effort par les associations en baissant leurs subventions encore de 3% après leur avoir fait subir une baisse de 3% en 2017 qui s'ajoutait à une baisse de 5% en 2016. Ces baisses successives et douloureuses se font sans pour autant remettre en cause votre politique sectaire de la vie associative de Vénissieux. La bonne pratique serait d'abandonné vos parti pris idéologiques au profit d'une véritable dynamisation des associations qui sont au service réel des Vénissians. Incapable d'une telle remise en cause, nous pouvons être certains que votre prochaine présentation de la répartition des subventions aux associations restera inchangée.
De la même manière, vous avez à nouveau retenu l'option d'une augmentation supplémentaire de 2% des tarifs des domaines et services qui fera encore porter l'effort sur les Vénissians déjà durement éprouvés.
En revanche, dans votre aveuglement idéologique vous maintenez votre ruineuse construction d'une nouvelle unité de production de la restauration scolaire que la ville finance quasiment seule, tant ce projet est incohérent et donc soutenu par personne d'autre que vous. Un investissement qui coûte donc très cher aux Vénissians.
Enfin, si la maîtrise de la masse salariale est comme vous l'indiqué un enjeu fort, nous n'avons toujours aucune avancée significative concernant la mise en place d'un management de qualité

EmerJean, objectif "Zéro chomeur de longue durée"

Visite passionnante avec les élus Métropolitains (Groupe LR et apparentés) de l'entreprise EmerJean, cœur de l'expérimentation du dispositif "Zéro chômeur de longue durée" sur le secteur Saint Jean à Villeurbanne. Un modèle expérimental de qualité et qui donne des idées du possible dans le monde de l'impossible.
Très belle initiative.
Rendez-vous vendredi au Conseil du Grand Lyon Métropole pour le vote de la délibération apportant un soutien financier à ÉmerJean

Pour en savoir plus :
- Site de EmerJean

samedi 2 décembre 2017

Déclassement de l’A6-A7, toujours pas de dialogue ni de solutions…

COMMUNIQUE DE PRESSE de GRAND EST METROPOLE
Le changement de présidence à la Métropole de Lyon pouvait laisser espérer qu’une vraie concertation soit exercée et que des solutions durables et efficaces soient enfin proposées au sujet du déclassement de l’A6-A7.
Hélas, le nouveau Président de la Métropole, David KIMELFELD, lors de la conférence de presse qui s’est tenue hier en présence du Préfet de Région mais en l’absence des différents maires et présidents de collectivités limitrophes, n’a pas apporté les garanties demandées.
En effet, ce qui nous a été proposé ne nous convient absolument pas. La réalisation du shunt de Manissieux ne permettra évidemment pas d’absorber le trafic supplémentaire lié au déclassement de l’A6-A7 et le fait de vouloir faire revenir le trafic de l’A432 en direction de ce shunt situé dans une zone de la Métropole en plein développement revient à faire de ce secteur une autoroute urbaine. Ne reproduisons pas à l’Est les erreurs commises à Lyon dans les années 70 !
Concernant ce projet de shunt, nous rappelons également qu’il contredit complètement le SCOT et le PLU-H qui prévoyaient à cet endroit la préservation de coulées vertes ainsi que la protection de zones agricoles.
En revanche, il devient extrêmement urgent de réaliser un grand contournement autoroutier en prolongeant l’A432. Concernant son financement, il serait surprenant, s’agissant de la 2e métropole de France, de ne pas arriver à un montage financier équilibré et performant.
Puisque David KIMELFELD a annoncé que le grand contournement n’a guère de chance de voir le jour à l’Ouest, nous actons ainsi le fait qu’il le sera à l’Est. Par conséquent, nous demandons sans plus attendre l’abandon du projet de shunt à Manissieux, la réalisation dans une temporalité la plus rapide possible d’un grand contournement à l’Est qui passerait par le prolongement de l’A432 et enfin que la Métropole sollicite l’ensemble des élus des différents territoires limitrophes (Ain, Isère, CCEL, Pays d’Ozon…).
Il est encore temps de trouver, tous ensemble, des solutions pérennes car en matière de déplacement, c’est tout de suite que des décisions doivent être prises car les conditions de circulation deviennent intenables pour tous les habitants de la Métropole, qu’ils habitent au Nord, au Sud, à l’Est ou à l’Ouest.
Gilles GASCON Président - Maire de Saint-Priest
Paul VIDAL 1er Vice-Président - Président de la CCEL
Jean-Jacques BRUN 2e Vice-président - Président de la CCPO